Monthly Archives: novembre 2016

La récolte du safran en Auvergne

C’est au détour de mes errances et tentatives de sociabilisation en Auvergne que j’ai eu l’occasion de visiter l’exploitation d’un producteur de safran « Safran dans volcans », et de rencontrer Michel, passionné par cette fleur et ce produit si précieux.

L’avantage quand on n’y connait rien c’est que tout est à apprendre !

Je dois vous avouer ne pas avoir retenu tout ce qui m’a été expliqué ce jour-là (et pourtant, il en a des choses à dire sur le sujet ! :)), mais déjà, pour moi, voir, comprendre et surtout : sentir et gouter, c’était déjà de bien belles étapes pour me fixer des souvenirs et avoir l’impression de connaitre un peu mieux cette épice que je n’utilisais pas du tout.

La récolte du safran s’effectue en septembre/octobre, et les matinées étaient déjà bien fraiches (ça gelait ce matin là).

Le champs, était bien plus petit que prévu, mais en y repensant, ça semble maintenant logique : la fleur que l’on cueille pour le safran (le safran étant son pistil), est toute petite elle aussi, et du coup, inutil d’avoir des hectares à perte de vue de champs et de fleurs… à moins d’être une très grande équipe, ce qui n’est pas le cas ici.

recolte-du-safran-small-14

Il nous faudra quelques minutes pour pouvoir identifier et repérer ce que nous cherchions : la fleur !

Vous la voyiez ?

recolte-du-safran-smallrecolte-du-safran-small-2recolte-du-safran-small-10recolte-du-safran-small-9recolte-du-safran-small-6recolte-du-safran-small-7

L’objectif étant de récolter les fleurs avant qu’elles ne soient écloses, pour que le pistil (safran), soit le plus pur possible et le moins altéré par l’air (les animaux, l’humidité et tout ça).

Le plus pur = le mieux = le plus rare = le plus cher.

recolte-du-safran-small-15recolte-du-safran-small-17recolte-du-safran-small-16

Puis c’est à l’intérieur que nous aurons quelques explications supplémentaires mais aussi et surtout que nous pourrons séparer le pistil du reste de la fleur.

Le safran est donc issu d’un crocus, et c’est son pistil que l’on récolte (la partie rouge), qui est ensuite déssechée.

L’humidité, et la fragilité de la fleur font qu’il faut oeuvrer assez rapidement pour éviter d’altérer la qualité du pistil.

recolte-du-safran-small-41

recolte-du-safran-small-19recolte-du-safran-small-23recolte-du-safran-small-21recolte-du-safran-small-24recolte-du-safran-small-37recolte-du-safran-small-29recolte-du-safran-small-30recolte-du-safran-small-35recolte-du-safran-small-36Les pétales sont quant à eux utilisés pour la parfumerie et la cosmétique.

🙂

recolte-du-safran-small-39

La visite s’est terminée par une dégustation de produits parfumés au safran, mais aussi et surtout par une session à sentir les différents « crus » de safran.

Je pense n’avoir jamais senti auparavant de safran en fait, mais cette odeur, je m’en souviendrai.

ça n’est pas une épice que j’utilise vraiment, mais je sais maintenant que si je dois un jour essayer, ce sera de la consommation française, et sûrement local en fait tant qu’à faire.

Des couleurs splendides, que ce soit de la fleur au pistil, et une odeur ennivrante, ce fût une bien belle matinée passée dans cette culture de safran.

recolte-du-safran-small-42

 

Add a comment...

Your email is never<\/em> published or shared. Required fields are marked *

Le mariage de S.+ A. à Laguiole

Le mariage d’Antoine et Sarah était une belle occasion de découvrir Laguiole, une ville finalement bien plus petite que sa réputation est grande.

C’est en juillet que Sarah et Antoine se sont dits OUI, un jour où les températures extérieures donnaient soif.

La mariée étant timide et pudique, j’ai passé la matinée avec le marié et ses amis pour des préparatifs au masculin, chez le charmant grand-père du marié 🙂

Une célébration à la mairie de Laguiole, une déco tout en liberty (mais si, vous savez, le joli tissu à petites fleurs), de bien belles fleurs de chez Comme une fleur

Une petite grimpette à pieds jusqu’à l’église st Matthieu de Laguiole (mais à l’ombre !), suivi d’un cocktail (fouace et champagne, un régal !) dans le jardin d’amis, des amis qui chantent et qui dansent…. et enfin, une soirée à fêter tout ça à la salle des Fêtes de Curières.

Voilà une journée qui est passée bien bien vite

Voilà donc quelques photos pour prolonger ces beaux souvenirs ! 🙂

 mariage-laguiole-small-47mariage-laguiole-small-48mariage-laguiole-small-49

mariage-laguiole-small-5mariage-laguiole-small-6mariage-laguiole-small-7mariage-laguiole-small-52mariage-laguiole-small-11mariage-laguiole-small-26mariage-laguiole-small-20

mariage-laguiole-small-53mariage-laguiole-small-51mariage-laguiole-small-54mariage-laguiole-small-55mariage-laguiole-small-57mariage-laguiole-small-56mariage-laguiole-small-34mariage-laguiole-small-38mariage-laguiole-small-30mariage-laguiole-small-33mariage-laguiole-small-41mariage-laguiole-small-42

 mariage-laguiole-small-63mariage-laguiole-small-46

no comments
Add a comment...

Your email is never<\/em> published or shared. Required fields are marked *

Le Plomb du Cantal

Ayant vécu 10 ans en région parisienne avant de poser mes valises en Auvergne, le seul Plomb du Cantal que je connaissais, c’était un délicieux restaurant à côté de Montparnasse, où j’ai pu découvrir l’extase de ma première truffade, mais aussi de toutes les suivantes 🙂

Mais maintenant que j’habite en Auvergne, au pays de la truffade, le nom de Plomb du Cantal prend un tout autre sens…
Je suis irrémédiablement attirée par le Cantal depuis le début (forcément, c’est le nom de mon fromage préféré), mais pas que, je le savais sans le savoir…

Et ça s’est confirmé dès ma première exploration de ce département, lors d’un roadtrip, à Salers, alors même que je n’avais pas encore trouvé d’appartement en Auvergne.
J’ai quitté Clermont-Ferrand cet été, pour poser mes valises dans le Cantal, et m’y sens déjà tellement bien.
L’automne est arrivé avant que ma saison de mariage ne se termine, et les températures ont baissé, il était donc grand temps d’aller enfin découvrir Le Plomb du Cantal, le vrai, le majestueux !

Le Plomb du Cantal est le point culminant des monts du Cantal et s’élève à 1855m d’altitude…(le Puy de Dôme, lui fait 1465m). Je vous laisse ce pti lien Wikipédia si vous voulez en savoir plus.

Ces photos datent d’une semaine au moment où je vous écris, et lorsque je passais dans le coin hier, tout était déjà recouvert de neige. On a eu du bol ! 🙂

J’aime cette nature, ce vide, ce silence et tout ces éléments s’entremêlant dans mes cheveux, mais j’ai encore du chemin à parcourir avant de me sentir à l’aise dans ces montagnes : suite à cette randonnée, j’ai attrapé froid et retrouve tout juste mon esprit, ma voix et mes narines 😀

Voilà donc, en photos, un petit récapitulatif de cette belle journée au sommet du Cantal 🙂

Une randonnée faite avec ma copine Valérie (jetez un oeil à son compte instagram si vous voulez découvrir l’Auvergne en beau !)

Allez, attachez vos lacets, c’est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, on va tout là haut, à droit ! 🙂

     plomb-du-cantal-small-3plomb-du-cantal-small-5plomb-du-cantal-small-13plomb-du-cantal-small-7plomb-du-cantal-small-16plomb-du-cantal-small-14

et puis là, tout au bout du chemin, cette petite porte, qui mène vers la libération… une ouverture vers d’autres paysages, les cheveux au vent…

plomb-du-cantal-small-19

Retenez votre souffle….

Voilà… ça valait toutes les montées pour arriver jusque là (et là, en revoyant ces photos, j’ai déjà envie d’y retourner…) 🙂

plomb-du-cantal-small-20

plomb-du-cantal-small-23

plomb-du-cantal-small-22

  plomb-du-cantal-small-26

Si vous cherchez le Puy Mary, sommet très connu, qui domine avec ses 1783m, il c’est le sommet pointu (en triangle) sur la gauche du grand plateau 🙂

plomb-du-cantal-small-31

Et voilà une vue totale en vidéo 🙂

Puis, redescendre les marches en bois du sommet,

plomb-du-cantal-small-36plomb-du-cantal-small-37

Pour aller se promener sur les crètes…. j’ai adoré ce moment ! C’était un peu flippant (#JeSuisUneChochotte), mais quel sentiment extraordinaire, et surtout : quelle vue !!! 🙂

plomb-du-cantal-small-38plomb-du-cantal-small-39plomb-du-cantal-small-42plomb-du-cantal-small-44

plomb-du-cantal-small-63plomb-du-cantal-small-52plomb-du-cantal-small-58plomb-du-cantal-small-62plomb-du-cantal-small-67plomb-du-cantal-small-64plomb-du-cantal-small-66

Et puis, se mettre en route pour redescendre, tranquillement mais sûrement, et avant de se faire surprendre par la nuit, car la différence de température à l’ombre se fait déjà bien ressentir…

plomb-du-cantal-small-75

plomb-du-cantal-small-80plomb-du-cantal-small-78plomb-du-cantal-small-79plomb-du-cantal-small-82plomb-du-cantal-small-81

Qu’est ce que j’aime cet endroit, ces paysages, cette nature !

Un sentiment de calme, et en même temps une force de la nature. Même si le dénivelé est doux (contrairement au Puy Mary qui lui, coupe les jambes et le souffle) il n’empêche qu’on est en montagne, et que des précautions s’imposent… la nuit tombe, l’ombre est très fraiche, et le vent peut faire mal aux oreilles 🙂

J’aime vraiment de plus en plus le Cantal, et du coup, l’Auvergne d’une manière générale.

Cher Plomb du Cantal, tu manquais un peu de truffade ce jour-là, mais je te préfère nettement à ma vie parisienne de ces dernières années 🙂

Bon, par contre, pensez à suivre le chemin pour redescendre, parce que si vous faites comme nous, en coupant à travers champs, vous risquez de devoir passer sous des barbelés.

Une expérimentation du roulé boulet plus tard, je n’avais plus envie de me relever car au final, ces ptis talus sont bien bien confortables 😉 (merci Val pour la photo !) 🙂

moi-barbele

🙂

 

Add a comment...

Your email is never<\/em> published or shared. Required fields are marked *